Rue de la Soif

Lorsque les rafiots se déglinguent
Le long des quais de Saint-Malo
Leurs marins vont faire la bringue
Rue de la soif dans les bistros
En buvant accoudés au zinc
Du rhum blanc et des fines à l’eau
Ils inventent des trucs de dingues
En fumant des Monte-Cristo

Ils parlent fort de l’Amérique
Des bordels de San Francisco
De ces jolies putains qui chiquent
Au coin des rues d’Acapulco
De la mousson sous les tropiques
Des vahinés en paréo
Des soirs brulants du Mozambique
Et du trafic de cacao

Ils parlent des varans qui trainent
Dans les iles de Komodo
Des femmes voilées du Yémen
Qui mènent paître leurs troupeaux
De ces vieux bonzes qui s’enchainent
Au cœur des temples de Kyoto
Et de la peau de porcelaine
Des geishas de Tokaïdo

 Ils parlent du bleu des lagons
De dauphins et de cachalots
Des guerriers du pays Dogon
Qui affutent leurs javelots
Des fumeries de Saigon
De Taïwan et de ses tripots
Avant d’exhiber le dragon
Qu’ils ont tatoué sur le dos

Ils parlent en buvant encore
De la vodka puis de l’ouzo
Et quand ils se trainent dehors
Plus saouls qu’un Russe au Kosovo
C’est pour s’endormir ivres morts
La tête dans le caniveau
Et moi je retourne à bon port
A la maison sur mon vélo

©Émile Brami

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s