Ecrire, peindre ou bien chanter

Dieu brandi comme une prothèse
Par des foules fanatisées
La pauvreté sujet de thèse
Et les enfants prostitués
La politique au Père Lachaise
Très loin du Mur des Fédérés

Les idéaux qui se fracassent
Au front de la réalité
Des discours puant la vinasse
Pour conforter nos lâchetés
Ces mots évanouis sans trace
Amour Justice et Liberté

Des banlieues où tout se déglingue
Où déjà les dés sont jetés
Ce sera chômeur et seringue
A trainer dans les halls d’entrée
Il y a de quoi devenir dingue
Et rêver de tout faire sauter

Nos vies qui traînent et s’effilochent
Devant l’écran de la télé
Et la pub qui nous fait les poches
Entre deux lotos à gratter
Deviner la mort qui s’approche
Ne plus oser se regarder

 Faire chaque nuit le cauchemar
Que ça ne changera jamais
Puis se réveiller furibard
Avec l’envie de tout changer
Et aller se coucher le soir
Honteux de s’être dégonflé

Un jour tant qu’il n’est pas trop tard
Attraper un bout de papier
S’inventer un nouveau départ
Recommencer à espérer
Et pour combattre le cafard
Ecrire peindre ou bien chanter

©Emile Brami

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s